• Accueil
  • > Archives pour janvier 2008
( 2 janvier, 2008 )

III. L’INFLUENCE OU L’HERITAGE DE LEONARD DE VINCI

1. L’ héritage dans la Médecine

Vous avez déjà peut-être vu une reproduction de la leçon d’anatomie qui illustre la première page du livre de Vésale, «la fabrique du corps humain». Vésale est, à juste raison, considéré comme le père fondateur de l’anatomie moderne. A partir de ses travaux, on constate une remise en question du savoir hérité des Grecs (exemple Galien) ,des Latins mais aussi des découvertes anatomiques par Léonard de Vinci, puisque dans son livre on trouve environ trente deux dessins copiés sur ceux de Léonard de Vinci, ceux qui va progressivement conduire Vésale à la (re)découverte de la médecine. Des techniques de dissection du corps mort aux techniques de conception in vitro du corps vivant, une certaine image du corps vivant se construit.

fig1.gif

Figure 1 : (reproduit avec l’autorisation de la Bibliothèque universitaire de médecine). Frontispice du livre d’André Vésale, La fabrique du corps humain, 1542.

Dans ce tableau on présente pour la première fois dans un livre de médecine un amphithéâtre. On y voit une leçon de dissection faite par Vésale lui même qui dissèque et démontre en même temps.

Le corps disséqué est le cadavre d’une femme dont l’abdomene est ouvert en chaîne. Le lieu de savoir n’est plus le livre mais la table de dissection. Le médecin ne peut plus se limiter aux commentaires de textes anciens: il doit disséquer donc voir et toucher le corps.

Ses personnages vêtus à la mode grecques anciennes des animaux (un chien et un singe) représentants l’ancienne anatomie, celle de Galien qui était l’animal. Désormais Vésale fonde la médecine sur l’anatomie, et l’anatomie sur l’observation, sur l’expérience et non pas sur les commentaires des textes.

André Vésale

Autoportrait de Andrés Vésale

2. L’influence dans les Arts

Léonard de Vinci utilise des petits carnets pour noter au fil des jours ces observations. Il écrivait à la main gauche et surtout à l’envers. C’est-à-dire que les notes peuvent être lus qu’avec un miroir.

Il avait, à une époque où la science était bien différente d’aujourd’hui, la volonté de trouver de nouvelles voies de recherche, de poser de nouvelles questions.

Léonard de Vinci participe de l’avènement d’une culture nouvelle, celle de la Renaissance. Il est en phase avec les « humanistes » qui vont occuper la scène : Erasme, Thomas More…

Mais sa tentative remarquable de joindre art, science et technique n’était peut être possible que dans l’espace de temps où il a vécu. Après Léonard de Vinci, la peinture, l’art même ne pourra que se séparer de la science.

(A l’image de Léonard de Vinci, Rabelais, célèbre écrivain français est à la fois médecin tente d’allier son art avec la Science et le corps. Comme dans son oeuvre Gargantua par exemple dans le chapitre XX « L’étude et la façon de vivre de Gargantua selon l’enseignement de ses précepteurs Sorbonagres » , où il met en valeur le corps humain à travers :

- Passage traitant de l’exercice physique :

Ponocrates lui faisant remarquer qu’il ne devait pas se goinfrer ainsi au saut du lit sans avoir d’abord pris de l’exercice, Gargantua répondit :

 » Quoi! N’ai-je pas pris de l’exercice? Je me suis retourné six ou sept fois dans mon lit avant de me lever » .

Dans ce passage on trouve le champs lexicale de l’exercice physique  » exercice » , « retourné six ou sept fois dans mon lit « . Nous pouvons donc dire que ce passage met réellement en valeur la pratique du sport, et donc d’une bonne hygiène de vie pour rester en forme.

- Passage traitant l’alimentation :

Mes premiers maîtres m’y ont habitué, disant que bon déjeuner donne bonne mémoire; c’est pourquoi ils y buvaient les premiers. Je m’ent trouve fort bien et n’en dîne que mieux. Et Maître Tubal (qui fut le premier de sa licence à Paris) me disait que  » rien ne sert de courir, il faut partir à point »: ainsi ce qui fait la parfaite santé de la nature humaine n’est pas de boire quand et quand comme les canards, mais bien de boire tôt matin; d’où le proverbe:

« Lever matin n’est pas bonheur;

Boire matin est le meilleur « 

Dans ce passage nous avons une mise en valeur du  » bien manger « . Effectivement Rabelais nous dit dans se passage que ce n’est pas la quantité qui compte mais c’est le moment, la manière et surtout ce que l’on mange qui est important. Manger beaucoup n’aporte rien alors que bien manger nous aides à être en bonne santé .

Il y aussi un autre passage qui nous montre que bien manger et bien boire donne la bonne santé : » Puis il buvait un terrifiant coups de vin blanc pour se soulager les reins [...]« .
le passage suivant nous montre une réelle « dissection » des actions naturelles du corps:

« Puis il chiait ,pissait, crachait, rotait, éternuait et se mouchait abondamment ; puis , pour abattre la rosée et le mauvais air, il déjeunait : belles tripes frites , belles carbonnades , beaux jambons, belles grillades et force tartines . »

Dans ce passage Rabelais utilise des mots crus mais des mots justes il n’essait pas de diluer ses pensées deriere des mots plus jolies ou plus agréables a entendre il dit ce qu’il observe et ce qu’il peut voir. Nous sommes donc là en présence d’une réelle dissection du comportement humain avec des mots justes et vrais )

Comme à tous les esprits de génie, on a voulu forger à partir de Léonard de Vinci bien des légendes.

Un des aspects essentiels de la Renaissance est le renouvellement des thèmes et de l’art en Europe après le Moyen Âge. Puisque durant le Moyen-Age la peinture ne mettait pas beaucoup en valeur le corps humain alors que durant la Renaissance le corps humain est mise en valeur grâce au travail des anatomistes comme Léonard de Vinci et ses héritiers ,Vésale ou beaucoup d’autres.

La Renaissance artistique commence en Italie au XVe siècle avec un renouveau pictural qui s’élabore à Florence, Rome et Venise.

L’avancée des sciences profite aux arts tout au long du XVe siècle.
Les scientifiques et les médecins améliorent la connaissance de l’anatomie grâce aux dissections : le savoir est ensuite appliqué en dessin, en peinture et en sculpture, comme en témoigne le célèbre Homme de Vitruve de Léonard de Vinci.

 

L'homme de Vitruve

Il est alors possible pour les artistes de définir un système de proportions idéales et de représenter fidèlement un corps humain, maîtrisant de mieux en mieux la perspective linéaire et les proportions.

Les artistes cherchent à fournir le type humain idéal dans ses proportions, sa musculature, l’ovale parfait du visage, le nez droit, le front triangulaire, l’expression mesurée et l’équilibre dynamique du corps est rendu de façon réaliste par le hanchement. (Le contrapposto ou hanchement désigne dans les arts visuels une attitude du corps humain où l’une des deux jambes porte le poids du corps, l’autre étant laissée libre et légèrement fléchie.)

Ils cherchent la beauté et l’harmonie plus que le réalisme. Ils créent à partir de l’observation de la nature, mais ne s’en tiennent pas à sa seule perception.

Pour les artistes, le nu féminin est à la fois érotique et l’expression d’un idéal de beauté.

1570, Giorgo Vasari

Le tableau met en valeur ici le corps nu de la femme: peinte ici sans mouvement, la jeune femme ressemble plus à une statue peinte sur bois, qui semblerait retrouver la vie tandis que Persée la délivre. Le rocher, suivant la silhouette de la belle, semble conforter l’image.

 

Nous avons aussi un sculpture faite par Michel-Ange qui encore une fois met en valeur Le Corps Humain.

La représentation de David

Le David est un chef-d’œuvre de la sculpture de la Renaissance, et l’une des deux plus grandes sculptures entreprises par Michel-Ange entre 1501 et 1504.

 

 

 

Le culte de l’humain s’exprime dans le portrait, les portraits existaient déjà au Moyen Âge, de profil ; ils se diffusent dans les milieux bourgeois de la Renaissance. Le plus célèbre est la Joconde de Léonard de Vinci qui un portrait très presque réel.

Les artistes mis en concurrence voyagent sans répit d’État en Etat pour parfaire leur savoir tant intellectuel que technique. Amélioration du corps humains dans les peintures (rendre le plus réaliste possible avec de l’harmonie et la beauté dans leur représentation), notamment grâce aux recherches de Léonard de Vinci. Raphaël et Michel-Ange suivent ses traces et créent des formes artistiques qui seront des références pour toute l’Europe.

Plusieurs techniques sont adapté pour rendre réel les représentations comme : la lumière homogène et claire montre un espace abstrait ou la mise en volume par le clair-obscur.

La Joconde

|