( 31 décembre, 2007 )

II.L’ANATOMIE ET LEONARD DE VINCI

Les dessins anatomiques réalisées par De Vinci
Album : Les dessins anatomiques réalisées par De Vinci
Léonard de Vinci dissequa une trentaine de cadavres pour approfondir ces connaissances par rapport au corps humain. Et voila quelques croquits...
11 images
Voir l'album
1.Dissection des corps humain et leur représentation par Léonard De Vinci

 

« [...] Mais j’ai voulu aussi passionnément connaître et comprendre la nature humaine, savoir ce qu’il y avait à l’interieur de nos corps. Pour cela, des nuits entières, j’ai disséqué des cadavres, bravant ainsi l’interdiction du pape. [...] Ce que j’ai cherché finalement, à travers tous mes travaux et particulièrement à travers mes peintures, ce que j’ai cherché toute ma vie, c’est a comprendre le mystère de la nature humaine [...]« 

Léonard de Vinci, Carnets, XVeme siècle.

 

 

La formation initiale de Léonard à l’anatomie du corps humain a commencé lors de son apprentissage avec Andrea del Verrocchio, son maître qui insister sur le fait que tous ses élèves doivent apprendre l’anatomie.

II.L'ANATOMIE ET LEONARD DE VINCI dans 3. II Torso

Comme artiste, il est rapidement devenu maître de l’anatomie topographique, en s’inspirant de nombreuses études des muscles, des tendons et d’autres caractéristiques anatomiques visibles. Il pose les bases de l’anatomie scientifique, disséquant notamment des cadavres de criminels dans la plus stricte discrétion, pour éviter l’Inquisition. Comme artiste connu, il a reçu l’autorisation de disséquer des cadavres humains à l’hôpital de Santa Maria Nuova à Florence et, plus tard, dans les hôpitaux de Milan et de Rome.

 

Léonard De Vinci a disséqué une trentaine de cadavre. Il nous reste environ deux cents planches anatomiques de sa main. De 1510 à 1511, il a collaboré ses recherches avec le médecin Marcantonio della Torre et, ensemble, ils ont compilé un ensemble de travaux théoriques sur l’anatomie avec plus de deux cents dessins de Léonard. Il a été publié sous le nom peu évident de Traité de la peinture en 1680.

Torso1 dans 3. II

Léonard a dessiné de nombreux squelettes humains, des os, ainsi que les muscles et les tendons, le cœur et le système vasculaire, l’action de l’œil, les organes sexuels et d’autres organes internes. Il a fait l’un des premiers dessins scientifiques d’un fœtus dans l’utérus et la première constatation scientifique de la rigidité des artères suite à une crise cardiaque. Il a aussi reussit a montrer, en utilisant la cire chaude, que les vaisseaux sanguins se divisent sans cesse jusqu’a ne plus avoir que l’epaisseur d’un cheveux: il a été le premier a employé le mot capillaire. Le premier aussi a avoir dessiné correctement la position du foetus dans l’uterus.

408px-Da_Vinci_Studies_of_Embryos_Luc_Viatour

Il a aussi étudié et dessiné l’anatomie de nombreux animaux. Il a disséqué des vaches, des oiseaux, des singes, des ours et des grenouilles, comparant la structure anatomique de ces animaux avec celle de l’homme.

 

 

 

 

La précision et le soin apportés aux dessins ne seront pas égales avant des siècle. Il est le premier a dessiner correctement les courbure de la colonne vertébrale, l’inclinaison du sacrum, la courbure des cotes , la position exacte du bassin. L’idée de représenter les corps par plusieurs vues est une innovation totale et particulièrement moderne. Ses dessins du crâne sont parmi ses plus belle oeuvres.

tlrenaissance3.jpg

2. Etude de l’Homme de Vitruve par Léonard de Vinci

 

Homme de Vitruve ou Homme Vitruvien est le nom donné au croquis d’ Étude de proportions du corps humain selon Vitruve réalisé par Léonard De Vinci aux alentours de 1492. C’est l’un des tableaux anatomiques les plus célèbres de Léonard De Vinci. C’est la synthèse de recherches anatomiques et scientifiques. Voulant afficher l’unité des proportions humaines, il représente le double mouvement du corps. Celui-ci s’inscrit dans les figures géométriques du cercle et du carré. Ce tableau n’est pas l’Homme idéal, mais le modèle géométrique d’un homme normal.

l'homme de vitruve

 » Quatre doigts font une paume, et quatre paumes font un pied, six paumes font une coudée : quatre coudées font la hauteur d’un homme. Et quatre coudées font un pas, et vingt quatre paumes font un homme ; et il a utilisé ces mesures dans ses constructions.

 

Si vous ouvrez les jambes de façon à abaisser votre hauteur d’un quatorzième, et si vous étendez vos bras de façon que le bout de vos doigts soit au niveau du sommet de votre tête, vous devez savoir que le centre de vos membres étendus sera au nombril, et que l’espace entre vos jambes sera un triangle équilatéral. La longueur des bras étendus d’un homme est égale à sa hauteur.

 

 

 

Depuis la racine des cheveux jusqu’au bas du menton, il y a un dixième de la hauteur d’un homme. Depuis le bas du menton jusqu’au sommet de la tête, un huitième. Depuis le haut de la poitrine jusqu’au sommet de la tête, un sixième ; depuis le haut de la poitrine jusqu’à la racine de cheveux, un septième.

 

Depuis les tétons jusqu’au sommet de la tête, un quart de la hauteur de l’homme. La plus grande largeur des épaules est contenue dans le quart d’un homme. Depuis le coude jusqu’au bout de la main, un cinquième. Depuis le coude jusqu’à l’angle de l’avant bras, un huitième.

 

La main complète est un dixième de l’homme. Le début des parties génitales est au milieu. Le pied est un septième de l’homme. Depuis la plante du pied jusqu’en dessous du genou, un quart de l’homme. Depuis sous le genou jusqu’au début des parties génitales, un quart de l’homme.

 

La distance du bas du menton au nez, et des racines des cheveux aux sourcils est la même, ainsi que l’oreille : un tiers du visage »

|